À La Une Actualités

Contraindre l’élite à s’élever au rang du peuple

Atmosphère puante à l’occasion de la campagne électorale pour les présidentielles anticipées en Tunisie. La classe politique apparaît comme plus puérile que jamais jouant des coudes et de tous les coups bas imaginables pour pouvoir s’affaler sur le tant convoité trône de Carthage. Huit ans d’âge chronologique pour cette exception démocratique du monde arabe et déjà les relents omniprésents des convulsions et des nausées.

Pages sponsorisées, dénigrement, déclarations fuitées, instrumentalisation des appareils de l’État, justice à deux vitesses. Dans la guéguerre politique, tous les coups sont permis, pour orienter le suffrage. L’armistice et la paix sociale apparente qui ont accompagné la disparition du Président Caïd Sebsi, n’aura duré que quelques jours. La trêve est définitivement terminée et on a déterré la hache de guerre.

Pendant ce temps là, le peuple demeure stoïque. On perçoit à peine ses grimaces, même pas sa grogne. Il semble prévenir ces enfants en bas âge qui se disputent un jouet nommé pouvoir, que sa réponse sera une abstention record ou un vote d’exclusion tout au mieux.

Si quelques mois auparavant, la perspective de ces élections faisait notre fierté, si on se plaisait à répéter qu’on est les premiers d’une classe de cancres, force est de s’avouer qu’aujourd’hui, le sentiment qui prédomine c’est la honte. La honte et le dégoût de devoir être associés à cette racaille qui joue de la destinée du pays et de tout un peuple. Ce peuple qu’on a souvent stigmatisé, qu’on a traité de tous les noms, qu’on a accusé d’incivisme, d’inculture et de ne pas mériter son exceptionnalité, nous prouve une fois encore, ces jours-ci, que sa conscience dépasse largement celle de ses élites, qu’il faudrait arrêter un moment de l’inviter à se sublimer et se rendre à l’évidence que c’est plutôt aux élites de s’élever au rang du peuple, de respecter l’histoire et les emblèmes de la Nation et de jouer le jeu de la démocratie, à la loyale, sans coups en-dessous de la ceinture, sans nous prendre pour des insignifiants.

Peut-être que ces jours sombres annoncent de nouvelles aurores et un renouveau salutaire pour un système démocratique jeune mais déjà à bout de souffle. Peut-être que cette crise et cette puanteur annoncent une renaissance et des senteurs agréables. Peut-être que le meilleur reste à vivre.

 

[Auto Sponso] :

Découvrez les CV des différents candidats pour les présidentielles, les derniers articles de presse électronique publiés à leur sujet et leurs sorties médiatiques. Votez pour le candidat de vote choix et incitez vos amis à voter pour lui.

Découvrez en temps réel les pourcentages de voix attribuées à chacun des candidats. Avec l’interdiction de publication des sondages d’opinion pendant la période électorale, cette application nous permettra de jauger la popularité des candidats et de suivre l’opinion publique et ses tendances.

LA PRESIDENTIELLE by L’intellectuel, l’application destinée à vous aider à mieux choisir le prochain président de la République tunisienne.

Téléchargez l’app dés maintenant sur votre smartphone 

Dans le même contexte

L’exil

Abdessmad Cabet

Tragédie des nouveaux nés: l’urgence de désinfecter l’hôpital public

Abdessmad Cabet

Malaise du dinar, le pourquoi du comment

Mejdi Mtir
Chargement...