À La Une Billets

 Tout va bien, petit, tout va bien.

S’il se retrouve en prison, c’est que la justice très indépendante, craint que le distributeur de macaronis, amis des pauvres, se retrouve sans toit, sans foyer, sans repas.

Si une réactionnaire, un apprenti dictateur qui a prouvé son incompétence, un islamiste qui nous la joue modéré mais qui baisait la main d’un exciseur de fillettes, un ex-ministre de la défense au charisme d’une grenouille écrabouillée sur la route sinueuse de Takelsa et un affairiste populiste corrompu se retrouvent en peloton de tête pour les prochaines présidentielles, c’est que la Tunisie s’évertue de trouver un boulot décent pour les médiocres, sinon voués à un chômage pérenne.

Si le pouvoir nostalgique des pratiques de l’ancien régime tente de mettre au pas les médias, s’il y a très peu de journalisme, dans les nausées insoutenables des médias, c’est que la paye maigre des « journalistes » ne suffit pas et que le système s’évertue à nourrir son prochain.

S’il n’y a pas de débats sérieux, très peu de programmes, si le niveau est à six mille lieues sous terre, c’est que le gaz de schiste n’est plus très loin et que la Tunisie a inventé une nouvelle technique de forage peu onéreuse et très rentable.

Si tous les candidats sont mauvais, intellectuellement et moralement intelligibles, mais qu’un président sera bel et bien élu, c’est qu’un trône vide, c’est triste. Autant le remplir par une masse de néant élue démocratiquement.

Si le ciel démocratique est gris et les nuages épais, c’est que nos terres arides ne demandent qu’à être irriguées. Du moment qu’il pleut…

Si Chokri Belaïd a été assassiné, c’est pour ne pas qu’il meure plusieurs fois en voyant le devenir révoltant de la jeune démocratie tunisienne.

Tout va bien, petit, tout va bien.

 

 

[Auto Sponso] :

Découvrez les CV des différents candidats pour les présidentielles, les derniers articles de presse électronique publiés à leur sujet et leurs sorties médiatiques. Votez pour le candidat de vote choix et incitez vos amis à voter pour lui.

Découvrez en temps réel les pourcentages de voix attribuées à chacun des candidats. Avec l’interdiction de publication des sondages d’opinion pendant la période électorale, cette application nous permettra de jauger la popularité des candidats et de suivre l’opinion publique et ses tendances.

LA PRESIDENTIELLE by L’intellectuel, l’application destinée à vous aider à mieux choisir le prochain président de la République tunisienne.

Téléchargez l’app dés maintenant sur votre smartphone 

 

Dans le même contexte

Aux élections comme à la guerre

Abdessmad Cabet

Tunisie, l’autre économie..

Mejdi Mtir

Le fils maudit, a-t-il tué le père ?

Naru
Chargement...